Les personnes souffrant de douleur chronique estiment généralement que leur douleur est liée à la météo.

Mais les preuves scientifiques à l’appui de leurs croyances ne sont pas concluantes, en partie à cause de la difficulté d’obtenir un vaste ensemble de données de la part de patients qui enregistrent fréquemment leurs symptômes de douleur pendant diverses conditions météorologiques.

Depuis 2016, William G. Dixon de l’Université de Manchester et ses collègues recueillent, dans une étude appelée Cloudy with a Chance of Pain, des données au moyen d’une application sur smartphone. Près de 13 000 personnes ont été recrutées à travers le Royaume-Uni.Ils ont analysé les données quotidiennes recueillies sur une période de 15 mois auprès de 2658 personnes souffrant de maladies telles que l’arthrite, la fibromyalgie, la migraine et la douleur neuropathique. La météo locale était déterminée à partir des données GPS du smartphone.Les jours humides étaient les plus douloureux, tandis que les jours secs étaient les moins douloureux. Une plus faible pression atmosphérique et une plus grande vitesse des vents étaient également liées à des journées plus douloureuses, mais dans une moindre mesure que l’humidité. La pluie et le froid n’étaient pas spécifiquement associés à la douleur.

Les participants étaient 20 % plus susceptibles de souffrir de douleurs les jours humides et venteux avec une faible pression atmosphérique.

Bien que l’on sache que le temps influence l’humeur, et que l’humeur peut influencer la douleur, cette relation n’expliquait pas les résultats. (Lien entre température et humeur sur Twitter et Facebook – selon 3 milliards de messages)

Environ les trois quarts des personnes atteintes d’arthrite croient que leur douleur est affectée par les conditions météorologiques, souligne le chercheur.